Publié le 4 novembre 2018

l

Écrit par Valérie Boutet

L’année dernière, lorsque je suis allée les chercher les filles après la première journée d’école l’une d’entre s’est mise à pleurer à chaudes larmes en entrant dans la voiture. Lorsque je lui ai demandé pourquoi elle pleurait, elle m’a répondu:

« Mon prof a crié après nous TOUTE la journée ».

Je me rappelle l’avoir serré dans mes bras en tentant de la réconforter: « Peut-être que ton professeur était stressé parce que c’était la première journée? » « Les amis étaient super énervés dans la classe? » J’essayais aussi en même temps de me réconforter… Peut-être que ma fille était tellement angoissée de sa première journée d’école qu’elle avait exagéré? Surement que tout allait se replacer le lendemain…

Ça ne s’est jamais arrangé. Ce fut la réalité de sa 5e année. Elle a toujours aimé aller à l’école. Mais pas cette année. En 5e année ni le fun, ni l’harmonie n’étaient au rendez-vous dans la classe. Presque chaque soir en allant la chercher à l’école c’était la même histoire. Elle était triste et en colère. Elle ne voulait plus aller à l’école. Bien qu’elle ait toujours eu un bon comportement en classe et de bonnes notes, son estime personnelle en a pris une claque! Elle avait l’impression d’être mauvaise à l’école… elle disait que sa prof l’a détestait… Depuis qu’elle est toute petite, son rêve était de devenir astronaute. À la fin de l’année scolaire, elle disait qu’elle n’était pas assez intelligente pour devenir astronaute.

Au primaire, les enfants passent plus de temps en classe avec leur professeur qu’avec nous leurs parents. Ceux-ci ont une grande influence sur leur cœur le temps de l’année scolaire. Les enfants absorbent les émotions des adultes qui sont en autorité au-dessus d’eux. En tant que parents, on a tenté du mieux qu’on peut de l’entourer et de l’encourager dans ce défi.

 

Les mots qui guérissent

Cet été toute la famille est déménagée dans une nouvelle ville. On est de retour à la maison, dans notre belle ville de Québec! Les filles ont dû changer d’école. Honnêtement, mon mari et moi on ne pourrait pas être plus en paix avec la situation des filles à l’école. Cette année, on peut dire qu’elles ont gagné le jackpot côté profs! Le genre d’enseignants que les enfants vont se rappeler toute leur vie, pour les bonnes raisons. Pour notre fille aînée qui en a arraché l’année dernière, dès les premières journées d’école on a vu une différence. Elle avait envie d’aller à l’école de nouveau. Elle était super motivée et heureuse. Jusqu’à ce qu’arrivent « les mots qui guérissent ».

Quelques semaines après la rentrée scolaire alors qu’on était installé au comptoir pour signer quelques papiers, elle s’est arrêtée et en me fixant droit dans les yeux l’air solennel pour me dire: « Maman? Tu sais ce que M. D. m’a dit aujourd’hui? » (C’est le nom de son « all-star-prof »). Avec ses deux beaux grands yeux bruns tout brillants, elle continue: « Il m’a regardé et il m’a dit que j’étais vraiment une bonne élève ». GOOOOOD LORD que j’ai eu de la misère à contenir la grande vague d’émotions qui m’a envahit!!! Ces mots tout simples d’appréciation que son prof a pris le temps de lui dire ont eu, mes amies, un effet monstre dans le cœur de ma fille. Le processus de restauration en mode accéléré était à l’œuvre. Dans ses yeux je pouvais voir qu’elle le croyait à nouveau: « Elle est une bonne élève ». Dans le temps on offrait une pomme en signe d’appréciation aux professeurs, je n’vous mentirais pas de vous dire que j’ai pensé lui acheter un verger à ce fameux M. D.! Je me demande si on peut mettre ça sur Accord D un verger?!?!?

Non seulement le bonheur d’aller à l’école était de nouveau au rendez-vous, mais on a recommencé à parler de ce fameux rêve de devenir astronaute…

On ne peut pas surprotéger nos enfants. Ils vont devoir tout comme nous affronter plusieurs épreuves tout au long de leur vie. Par contre, quand ils rencontrent sur leur chemin une personne spéciale qui a un impact aussi positif dans leur vie ça vaut la peine de prendre le temps de s’asseoir avec eux pour leur faire réaliser l’importance de prendre soin des gens qui les entourent. Inspirer nos enfants à utiliser les mots qui guérissent avec leurs amis et leur fratrie c’est leur donner des outils pour les aider à répandre l’amour de Dieu dans le cœur des gens qui les entourent.

Le pouvoir des mots qui guérissent on l’a toute en nous. J’ai l’air d’avoir l’impression de vivre dans un film du Seigneur des anneaux avec mon « POUVOIRRR », mais je me permets de l’utiliser parce que je ne trouve pas de terme plus juste. Proverbe 18:21 confirme:

Les paroles peuvent donner la vie ou la mort.

On peut choisir d’utiliser les mots qui guérissent dans notre rôle de maman mais aussi en tant que voisine, grande sœur, collègue ou conjointe ! Imaginez toute la beauté qu’on peut répandre autour de nous si on prend possession de ce fameux pouvoir qu’on a de déverser par nos paroles, la vie dans le cœur des gens qui nous entoure. C’est mon plus grand sujet de prière ces temps-ci. Je demande à Dieu de me donner la sagesse de « scanner » tout ce qui veut sortir de ma bouche AVANT de parler. Je ne voudrais surtout pas être connu comme quelqu’un qui a un « SUPER POUVOIR » et qui ne l’a jamais utilisé!

Crédit photo: Designed by Freepik

Écrit par Valérie Boutet

Fondatrice du projet VEILLE SUR TON COEUR. Mariée depuis 2005, je suis la maman de deux 'ados-rables" filles. Après avoir complété un BAC en théologie et soins pastoraux en 2003, j'ai poursuivi à la maîtrise en études bibliques à l'Université Laval. J'étudie la Bible avec passion depuis que je suis adolescente. J'aime l'enseigner et j'espère inspirer nos lecteurs et lectrices du blogue VEILLE SUR TON COEUR à se plonger dans la Parole de Vie qui me fait tant de bien depuis toutes ces années.

Articles similaires

Quand j’aurai 80 ans

Quand j’aurai 80 ans

« Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons...

Persévérante

Persévérante

« C’est pourquoi nous ne sommes pas découragés. Et même si notre corps s’use petit à petit, ce qui est au fond de...

Maman à la maison / maman au travail

Maman à la maison / maman au travail

Beaucoup de femmes que je connais considèrent que le plus grand appel de leur vie est d’être mère et que de se donner à 110 % comme maman est le meilleur moyen d’honorer Dieu. J’ai entendu ces phrases encore dernièrement : « Ton plus grand ministère, c’est tes enfants! » et « Une mère devrait être à la maison avec ses enfants au moins jusqu’à ce qu’ils entrent à l’école! ». Ces affirmations sont sans doute assez vraies et sûrement bien intentionnées. Mais, chaque fois que j’entends de telles choses, je ressens un léger malaise, un petit je-ne-sais-quoi qui me chicote et sur lequel je n’arrive pas à mettre le doigt.

Commentaires

3 Commentaires

  1. Anne-Claire

    C’est vraiment bon chère Valérie! Quel principe fondamental! Et quelle victoire! ? Bravo!

    Anne-Claire

    Réponse
  2. Kattia Thony

    Quel beau témoignage ma Valérie, c’est tellement vrai! Nos paroles ont du pouvoir et nous avons tendance à l’oublier trop souvent. Que l’Esprit Saint puisse diriger chaque mot qui sort de notre bouche.
    Que Dieu continue de bénir ton ministère chère amie.

    Kattia xx

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0