Logo Vaille sur ton coeur

Checed : un amour d’attachement, de son cœur vers le tien.

Publié le 15 mai 2024

l

Écrit par Pricile De Lacroix

Il y a un mot hébreu dans la Bible pour décrire l’amour de Dieu qui m’a complètement bouleversée le jour où je l’ai compris. Je ne m’en suis pas encore remise, et d’ailleurs, j’espère que je ne m’en remettrai jamais.

L’idée que Dieu m’aime, qu’il est amour, que tout ce qu’il fait est motivé par l’amour, était devenue pratiquement banale à mes oreilles. Lorsqu’on grandit dans l’église, on entend le mot AMOUR bien trop souvent, conjugué à tous les temps et servi à toutes les sauces. Il a donc tendance à devenir presque vide de sens, quétaine, une sorte de mot fourre-tout pas très original pour exprimer des concepts théologiques auxquels on n’a, au fond, pas tellement réfléchi.

Et puis, qu’est-ce qu’on comprend vraiment à ce mot?

AMOUR. Cinq lettres qui deviennent, à la longue, teintées par nos expériences décevantes et blessantes avec les gens qui disent nous aimer.

Par exemple, si l’amour de Dieu ressemble à celui de mon mari, il est alors spontané et réconfortant certains jours, mais d’autres jours, il rate complètement la cible. Mon gentil mari! Il est plein de bonnes intentions et il a un coeur grand comme le monde, mais son langage d’amour c’est le service, alors que le mien, c’est les paroles valorisantes. Après 10 ans de mariage, je constate que notre tango n’est pas tout à fait synchro. On y travaille très fort, avec patience et douceur, mais parfois, on essuie encore quelques larmes.


Si, au contraire, l’amour de Dieu ressemble à celui de nos deux belles filles de 7 et 5 ans, il est alors inconditionnel (pour le moment) et joliment naïf, mais il est aussi franchement imprévisible. Pas plus tard qu’hier, Noémie m’a prise au dépourvu en me criant les mots « Tu n’es pas ma mère! », suivi d’un « Je te déteste! » un peu plus timide, mais quand même choisi intentionnellement pour me lancer sa colère au visage à la suite de la tâche absolument ingrate que je venais de lui confier : ranger sa chambre.

Si l’amour de Dieu est comme celui de mes parents, alors il est fort, voire viscéral, durable, mais il reste imparfait et parfois blessant dans les attentes et les besoins non comblés. Il nécessite des discussions difficiles et des demandes de pardon pour pouvoir avancer.

Certains programmes de soins pastoraux et de cure d’âme disent que notre perception de Dieu peut être profondément teintée par notre relation avec nos parents si l’on n’y prend pas garde. La relation paternelle influencerait celle avec Dieu le Père, la relation maternelle aurait un grand impact sur notre perception du Saint-Esprit, et la relation avec nos soeurs et/ou frères teinterait surtout notre vision de Dieu le Fils, d’où l’importance de guérir des blessures de l’enfance et de pardonner à notre famille leurs (parfois grandes) imperfections.

Penses-tu à une relation en particulier, décevante ou blessante, qui teinte négativement ta perception de ce qu’est l’amour?


Est-ce que cette relation a tendance à affecter ta compréhension de l’amour de Dieu pour toi? Si oui, comment?


Je ne sais pas ce que tu as écrit, ou même si tu as osé le faire, mais je me doute que si nous avions l’occasion d’en parler ensemble, doucement, autour d’un cappuccino, nos histoires auraient des points communs et nous pourrions avoir beaucoup de compassion l’une pour l’autre.

Car si, comme l’écrivait la romancière française George Sand, « Il ny a quun bonheur dans la vie, cest daimer et d’être aimé », il reste que l’amour terrestre comporte ses nombreux revers et ses peines parfois si terribles que l’industrie de la musique, Hollywood et le monde des arts visuels combinés n’ont pas encore fini de les raconter.

Mais c’est là, au milieu de nos désillusions respectives, que le mot biblique hébreu checed arrive pour rebrasser les cartes. Trompettes. Feux d’artifice.

Checed

Checed est utilisé près de 250 fois dans la Bible, de manières tellement intenses et puissantes pour exprimer l’amour de Dieu, que certains théologiens ont pris le risque de dire qu’il s’agirait du mot le plus important de toutes les Écritures.

On le trouve par exemple dans Deutéronome 7:7-8.

« Si lÉternel sest attaché (chashaq) à vous et vous a choisis, ce nest nullement parce que vous êtes plus nombreux que les autres peuples. En fait, vous êtes le moindre de tous. Mais cest parce que lÉternel vous aime (chesed). »

Dans presque toutes les versions bibliques en français, c’est le verbe « aimer » qui est utilisé pour traduire ce que signifie checed. En anglais, certains traducteurs ont voulu aller plus loin en inventant le mot lovingkindness (la combinaison d’« amour » et de « bienveillance ») pour tenter d’exprimer le véritable sens hébreu de l’amour checed de Dieu envers son peuple mais, comme le dit Ann Voskamp dans son formidable livre « Waymaker », ces traductions ne parviennent pas très bien à exprimer à quel point checed est un amour d’une tout autre stratosphère.

Checed. Pour tenter de le décrire en français de la meilleure façon possible, il faudrait dire avec passion que c’est un amour à jamais inconditionnel, inébranlablement loyal, bienveillant jusqu’à l’extrême, basé sur un lien indéfectible créé par la trinité divine qui a choisi volontairement, intentionnellement, de s’attacher pour toujours à nous. Il n’y a rien au monde de plus pur, de plus intense, de plus solide, de plus éternel.

L’amour-checed de Dieu est un amour d’attachement, de son cœur vers le tien. C’est une sorte d’amour absolument unique et incomparable, qui dit en quelque sorte : tu es choisie par Dieu. Simplement et pour toujours, il désire connecter intimement avec toi, se lier à toi. Oui, TOI. 

Tu n’es pas simplement endurée ou tolérée et tu n’es pas seulement acceptée, mais TU – ton être entier, ta présence actuelle, toute ton âme, tout le miracle de ton existence – es voulue, choisie, spéciale, un sujet d’immenses réjouissances et de délice pour Dieu.

Peut-être as-tu du mal à le croire ou à l’accepter. Peut-être as-tu des doutes, ou le sentiment qu’il y a des conditions à respecter pour que ce genre d’amour puisse s’appliquer à toi. Et pourtant. Cette décision irrévocable que Dieu a prise d’aimer l’humanité n’a jamais dépendu que de LUI. Pas un seul instant tes performances, tes péchés, tes erreurs ou tes cicatrices n’ont fait partie de cette équation. Dieu a choisi de t’aimer à l’infini parce qu’il l’a décidé et il ne choisira jamais de ne plus le faire. Il est ce qu’il est pour toujours.

Alors je te propose de relire les quatre paragraphes précédents et, avec ton plus beau marqueur, souligne les mots, les expressions et les bouts de phrases qui te parlent le plus, puis relis-les à haute voix. Encore. Applique-les à toi, de façon vraiment personnelle. Ton âme a besoin de l’absorber.

L’amour-checed de Dieu, renversant, dépassant complètement la compréhension humaine, sans jamais faiblir, est pour toi. Chaque jour. Chaque instant. Pour toi, telle que tu es, à cause de Dieu et de qui il est, pour l’éternité.

 (Article 1/2…)

 

Extrait du livre

Cet article est un extrait du nouveau livre de Pricile De Lacroix MAGNIFIQUE. Me voir avec les yeux de Dieu.

Écrit par Pricile De Lacroix

Auteure, conférencière et prédicatrice, épouse de pasteur et maman de deux filles, Pricile est d’abord et surtout la fille de son Père, le seul pour qui et par qui tout a vraiment de la valeur.

Articles similaires

Les mésanges

Les mésanges

L’autre jour, épuisée de ma routine de maman, je suis allée faire une promenade seule dans la forêt près de chez moi....

Les losanges noirs

Les losanges noirs

Il y a des montées. Des petites et des grandes. Ces instants où il faut tout donner. Où l’effort est grand, où la fatigue et l’usure se font sentir. Où s’arrêter peut vouloir dire reculer. Des combats de longue haleine pour garder de bonnes relations avec les autres ou avec nos enfants, pour préserver notre couple ou pour se défaire de dépendances malsaines…

L’amitié entre femmes

L’amitié entre femmes

Un samedi, alors que la saison touristique battait son plein dans la grande ville de Québec, j’étais dans la voiture...

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
Votre panier
  • No products in the cart.